D’où viennent les éponges (1) ?

Mosaïques : DossiersScience

jeudi 29 novembre 2012

Je fais la vaisselle, je gratte avec mon éponge, l’esprit rêveur. Tilt ! Au fait, c’est quoi ce machin que j’utilise quotidiennement ? D’où vient-il ? Il me semblait me rappeler d’une origine naturelle avant que ce ne fut synthétisé et propagé massivement par les industriels. Vite, vite, finissons la vaisselle et je m’y mets sur mon clavier, les mains à peine séchées. Oh, oh que de merveilles j’apprends une fois de plus ! Vite, vite, il est temps de partager mes trouvailles et je suis sûr que vous ne regarderez plus votre éponge de la même manière.

Provenance des éponges

Pour commencer, les éponges peuvent être d’origine :

  • naturelle : animale (éponge de mer) ou végétale (luffa).
  • artificielle : transformation de la cellulose de bois.
  • synthétique : à partir du polyuréthane.

Quatre types d'éponge selon leur origine

Si nous les regardons de près, toutes ces différentes variétés d’éponges n’ont pas exactement la même apparence. Les modèles avec un côté grattoir ou ceux de forme rectangulaire indiquent très facilement leur origine synthétique ou artificielle. L’éponge d’origine animale présente souvent un volume irrégulier tandis que l’éponge d’origine végétale est aisément reconnaissable par sa forme en tube. Dans le doute, la provenance des éponges est de toute façon précisée sur l’emballage.

Les éponges synthétiques

Elles sont fabriquées à base de pétrole. Plus exactement, à base de polyuréthane, soit un polymère d’uréthane (ou carbamate) qui est une molécule organique. Ces polymères peuvent être fabriqués avec une grande variété de textures et de duretés en variant les monomères utilisés et en ajoutant d’autres substances. Ils sont utilisés pour les colles, peintures, élastomères, mousses, fibres. Ainsi, ces plastiques aux vastes applications sont utilisés dans un grand nombre d’industries dont… les éponges.

Les éponges artificielles

Elles sont fabriquées à partir de la cellulose qui est extraite du bois puis traitée chimiquement et physiquement pour donner un nouveau composant : la viscose. Celle-ci entre dans la fabrication de tissus (rayonne), de films (cellophane) ou des éponges dites végétales. Dans un souci de clarté, je préfère utiliser le terme « artificielles » pour les distinguer des éponges d’origine naturelle et végétale (luffa).

Voici une coupe d’une éponge végétale prise au microscope électronique (cliché Henri Chanzy). Elle montre le réseau de viscose avec des capillaires dans lesquels circule l’eau, et des fibres de coton ajoutées pour renforcer la solidité.


[Source image et légende]

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Ne surestimons pas notre capacité cérébrale à éponger toutes les connaissances. La suite au prochain numéro qui sera consacré aux éponges animales.

Dossier « L’origine des éponges »
D’où viennent les éponges ? (2)
D’où viennent les éponges ? (3)
D’où viennent les éponges ? (4)
Attention, les éponges peuvent mordre !

Dans la même catégorie

Pierrot, veux-tu prendre ta plume ?

Les champs marqués d'une astérisque * sont obligatoires

Markup Controls gras italique citer liens
Emoticons Sourire Grand sourire Triste Stupéfait Mouais Classe Sourire taquin Clin d’œil Rougir Démoniaque Tordu Sourire vert

Envie d'une image avec ton nom ?

Alors, va sur le site Gravatar et inscris toi pour télécharger ton image. Il ne reste plus qu'à entrer la même adresse mail sur le blog que celle choisie sur Gravatar et ton avatar est affiché ! Ch'est pô beau cha ?