Le tissage à l’origine de l’informatique ? (3)

Mosaïques : DossiersScience

samedi 18 juin 2016

Le premier ordinateur au monde

Après avoir vu le principe de fonctionnement de la machine Jacquard, qui est la première machine programmable, penchons-nous sur le premier ordinateur électronique au monde, en réalité un calculateur électronique. Tadaaaam, j’ai nommé l’ENIAC !

Conçu en 1943 (1945 ? 1946 ? Dates contradictoires) à l’université de Pennsylvanie, cette machine a été créée par deux ingénieurs américains John Presper Eckert et John William Mauchly. Utilisé jusqu’en 1955, cet ordinateur contenait 18 000 lampes à vide et pesait 30 tonnes. Il sert d’abord à l’armée américaine pour des calculs balistiques. Puis, il aide à résoudre des problèmes de physique nucléaire et de météorologie.

A l’époque, sa « programmation » nécessitait une intervention manuelle humaine importante et se faisait au niveau de la machine elle-même. Pour cela, il fallait manipuler plus de 3000 commutateurs et des centaines de câbles qui assuraient la bonne circulation des données et impulsions de programmes. Petit à petit, la programmation externe fut remplacée par des programmes enregistrés dans une mémoire interne de la machine. D’ailleurs, John von Neumann publie, en 1946, un rapport décrivant précisément cette future machine, ce que nous appelons aujourd’hui un ordinateur.

ENIAC

[Source image]

Le premier ordinateur au monde (bis)

Pourtant, le tout premier ordinateur mécanique a failli voir le jour au 19ème siècle ! Charles Babbage (1791 – 1871) est un mathématicien britannique qui fut le premier à énoncer le principe d’un ordinateur, baptisé « Difference Engine » ou « machine à différences ».

En 1834, pendant le développement d’une machine à calculer, il a eu l’idée d’intégrer à sa machine le principe du métier Jacquard : les fameuses cartes perforées. Appliquées à la machine à calculer de Babbage, ces cartes permettent de donner une série d’instructions de façon séquentielle. Il conçut ainsi les principaux éléments des machines informatiques :

  • Un dispositif d’entrée fournissant données et programmes (les périphériques : clé USB, disque dur…).
  • Un dispositif gérant le transfert des nombres et leur ordonnancement (une partie du processeur).
  • Un élément de stockage intermédiaire (la mémoire RAM).
  • Un moulin capable de réaliser les opérations sur les nombres (une autre partie du processeur).
  • Le rendu du résultat (l’imprimante).

Charles Babbage n’acheva jamais sa machine analytique même s’il passa le reste de sa vie à le concevoir dans les moindres détails et à en construire un prototype. La raison ? D’une part, les frottements grippaient les embrayages du prototype trop rapidement et ce souci technique n’a pu être surmonté à l’époque. D’autre part, Babbage changeait tout le temps ses plans, ce qui retardait la réalisation de sa machine et rendait fou ses financeurs. La « machine à différences » ne vit jamais le jour.

Sauf que !

En 1985, le musée des sciences de Londres entreprit de construire un exemplaire de la machine à différences, afin de célébrer le 200e anniversaire de Babbage en 1991. Six ans plus tard, le module de calcul fut terminé à temps en 1991 et c’est finalement en 2002 que la machine fut totalement achevée avec son module d’impression et de stéréotype. Construite en respectant scrupuleusement les plans originaux, elle s’est avérée parfaitement fonctionnelle !

Elle est composée de 8 000 pièces, pèse 5 tonnes, mesure 3 mètres de large, 2 mètres de haut et 45 cm de profondeur. Cet exemplaire est aujourd’hui exposé au musée des sciences de Londres.

Difference Engine

[Source image]

Alors, le tissage à l’origine de l’informatique ?

Pour rappel, le terme « informatique » désigne le traitement automatique de l’information. Proposé en 1962 par Philippe Dreyfus il a été accepté en 1966 par l’Académie française. Il est indissociable de l’ordinateur tel que nous le concevons maintenant et il trouve ses racines dans trois domaines distincts :

  • Les machines à calculer, du boulier au calculateur ENIAC en passant par la Pascaline, machine à calculer de Blaise Pascal.
  • Le codage binaire dont le concept de programmation qui trouve son origine dans les cartes perforées de la machine à tisser Jacquard.
  • L’automatisation, de la clepsydre (horloge à eau) utilisée dans l’Antiquité aux robots actuels en passant par les montres et les automates mécaniques du 18ème siècle.

Oui, je reste succinct sous peine de devoir décrire un large pan de l’histoire. Pour les plus curieux, lire l’article sur les origines de l’informatique.

Alors oui, le tissage a bien participé aux origines de l’informatique ! Pas étonnant donc que j’ai eu cette impression étrange en regardant les mises en carte pixelisées et la machine Jacquard du Musée des Tissus et des Arts décoratifs. Et ce bref aperçu de l’histoire de l’informatique permet de constater également l’informatique ne serait pas grand chose sans l’essor des machines à calculer et l’automatisation.

Je trouve intéressant de voir à quels points plusieurs domaines peuvent s’emboîter pour donner naissance à une nouvelle discipline que personne n’aurait imaginé il y a quelques siècles. Et que ces domaines répondaient à des besoins initiaux n’ayant rien à voir avec les besoins actuels. Alors, la prochaine fois que tu surferas sur Facebook, ait un peu de respect pour ton trisaïeule experte en tissage et tricot manuel !

Dossier sur le tissage et l’informatique
Le tissage à l’origine de l’informatique ? (1)
Le tissage à l’origine de l’informatique ? (2)

Dans la même catégorie

2 Pierrot ont pris leur plume. Et toi ?

  1. jean-louis

    super intéressant !! de même que celui qui inventa la roue n’en soupçonnait par l’importance que cette dernière occupe aujourd’hui…

    samedi 18 juin 2016 à 10 h 18 min
  2. Sirtin

    Celui ou celle ou ceux, va savoir !
    😛

    samedi 18 juin 2016 à 10 h 57 min

Les champs marqués d'une astérisque * sont obligatoires

Markup Controls gras italique citer liens
Emoticons Sourire Grand sourire Triste Stupéfait Mouais Classe Sourire taquin Clin d’œil Rougir Démoniaque Tordu Sourire vert

Envie d'une image avec ton nom ?

Alors, va sur le site Gravatar et inscris toi pour télécharger ton image. Il ne reste plus qu'à entrer la même adresse mail sur le blog que celle choisie sur Gravatar et ton avatar est affiché ! Ch'est pô beau cha ?